Salif Keita, le chanteur malien a lancé son dernier album ce Samedi. Et c’est la ville de Fana à 127 km de Bamako qu’il a choisie pour ça. Mais pourquoi si loin de la capitale ? Selon l’artiste, c’est la ville où Ramata Diarra, albinos de 5 ans, avait été victime d’un crime rituel le 12 mai 2018.

C’est donc pour verser hommage sur elle qu’il a organisé ce concert-lancement gratuit et c’est pour ça aussi qu’il a appelé cet album « un autre blanc » qui va  lancer sa «campagne de sensibilisation pour le changement de comportement envers les albinos».

Toujours selon l’artiste qui fait plaisir à nos oreilles depuis près de 50 ans, cet album pourrait être le dernier de sa carrière. On peut le penser si on réfléchit bien au proverbe Bambara qu’il a sorti : «Quand on s’invite à un repas trop long même quand on est pas rassasié, il faut savoir se retirer». Et aussi aux beaucoup de remerciements qu’il a lancé à tous ceux qui sont derrière lui depuis toutes ces années.

Hum, comme on dit y a pas retraite dans affaire de chanteur-là, attendons pour voir!

Qu'en pensez-vous ?