Hier, les journalistes étaient au palais présidentielle pour dire « bonne année » à  Président Ado. Ils ont profité pour parler des gros problèmes qui sont sur la tête des entreprises de presse à l’heure-là.  L’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) et le Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire (GEPCI) ont montré à Président Ado le degré de souffrance des journalistes.

Président Ado a répondu « merci et bonne santé ». Il a reconnu que qualité du contenu des journaux a augmenté un peu et le rôle des journalistes dans la promotion de la démocratie. Il a rassuré que l’état ne peut pas les laisser comme ça, et va continuer de les aider cette années comme il l’a fait  les années passées à travers le Fonds de soutien et de développement de la presse (FSDP).

Chaque année, c’est près de 800 millions que le FSDP cale pour aider les entreprises de presse à imprimer leurs journaux. 

En tout cas, Président Ado n’a qu’à réagir vite sinon, c’est trop duuuuur pour la presse à l’aire-là.

Qu'en pensez-vous ?