Au Bénin, l’ancien président de la République Thomas Boni Yayi a pris son courage à deux mains pour lire une déclaration publique par rapport aux élections législatives qui doivent se passer dans une dizaine de jours. Tout ça parce que c’est une élection  sans opposants.  Aucune liste de l’opposition n’a été autorisée à participer à ça aussi à cause de la nouvelle loi électorale et de la nouvelle charte des partis politiques.  L’ex-chef d’état a demandé au président Patrice Talon de « prendre toute la mesure de la gravité de la présente situation », lui demandant d’« arrêter le processus électoral en cours ». Estimant que le président Patrice Talon « n’est pas dans la bonne direction ». Il le prévient que s’il laisse les élections se passer comme ça a commencé, ce ne sera même pas bon pour le nom du Bénin. « S’entêter, c’est détruire notre héritage démocratique, décrédibiliser et isoler notre pays au plan international, remettre en cause la légitimité, la paix et la stabilité dans notre pays, inaugurer un cycle de violences inutiles, mettre en péril la sécurité et la stabilité dans la sous-région », a martelé l’ancien président. En tout cas, Yahi Boni ne peut pas dire qu’il n’a pas prévenu quelqu’un. Est-ce qu’il sera écouté ? Là-là, ça ne dépend plus de lui.

Qu'en pensez-vous ?