En Côte d’Ivoire, l’école publique est bloquée depuis des semaines et la situation est grave  ! Tellement que à l’heure ou j’écris, tout est mélangé. 

C’est le ministère de l’éducation nationale qui a donné le ton. Il dit qu’il ne peut plus continuer les discussions avec les syndicalistes  grévistes parce qu’ils n’ont pas levé leur mot d’ordre de grève. En plus, ce qui s’est passé Lundi à Bouaké est venu ajouter du piment à la sauce. Des enseignants grévistes ont été attaqués par des hommes masqués pendant qu’ils étaient en plein réunion. Les agresseurs  les ont tabassés bien bon et ont brûlé leurs motos.  Quant aux élèves et étudiants,  ils voient leur avenir menacé. Ils donc  marché  ce Mardi un peu partout dans le pays pour respecter un mot d’ordre de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) et demander d’ouvrir les écoles. Au passage, quelques bus ont été cassés et des élèves du privé ont été délogés. 

A l’université, on ne parle pas !  le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, dirigé par Albert Mabri Toikeusse a annoncé avoir reporté « à une date ultérieure », la concertation nationale sur l’Enseignement supérieur. C’est le blocage total après l’arrestation du  Pr Johnson Zamina Kouassi et du Dr Joël Dadé deux membres de la  Coordination nationale des enseignants chercheurs (CNEC). Actuellement, ils sont à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) et seront jugés la semaine prochaine  pour « troubles à l’ordre public et politique, séquestration, injures ». 

Avec tout ça-là, celui qui me dit quand l’école ivoirienne va reprendre aura un gros cadeau.

Qu'en pensez-vous ?