Paolina Massidda, la représentante légale des victimes  de la crise post électorale en Côte d’Ivoire auprès de la Cour pénale internationale (CPI) est à Abidjan depuis lundi. Hier elle a parlé aux victimes pour leur demander de « froidire » leur coeur. Elle a promis faire tout pour que les victimes gagnent quelque chose à la Cour Pénale Internationale là-bas. Sauf que d’autres victimes, les gens de Duékoué, Guitrozon, Nahibly et d’autres régions du pays disent que l’avocate ne s’occupent pas d’eux aussi. Elles demandent donc qu’on les mette dedans parce que tous les camps ont eu des victimes.

A l’heure où j’écris ces lignes, Paolina Massidda est en conférence de presse. Elle va certainement expliquer aux journalistes ce qu’elle va faire le 1er février prochain, le jour où Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé seront devant les juges pour entendre s’ils restent en prison ou bien s’ils sortent.

Affaire à suivre.

Qu'en pensez-vous ?